Une sélection de 5 objets tout petits à dénicher sur les brocantes

iStock.com / liravega

Les puces, brocantes et vide-greniers sont souvent fréquentés dans le but de dénicher du mobilier ou encore des pièces de décoration. Toutefois, de petites merveilles toutes riquiqui se cachent aussi sur les stands. Voici une sélection d’objets anciens que vous pourrez acheter puis glisser dans vos poches pour finir votre flânerie.

Les boutons de couture

Si vous êtes fibulanomiste (collectionneurs de boutons) ou amateur de couture, le marché aux puces est fait pour vous. En effet, ce lieu regorge de vieux boutons, il ne vous reste plus qu’à fouiller. Les plaques de boutons des années 40-50 recouvrent les stands tout comme les boutons en vrac souvent rangés par couleur, matière, motif ou époque. Bien que les boutons soient anciens, leur valeur n’est pas toujours assurée. La matière est le premier indice d’ancienneté puisqu’à l’époque les boutons pouvaient être fabriqués en os, ivoire, porcelaine, soie, nacre, argent… Toutefois, l’époque ne détermine pas forcément la rareté et  les boutons exposés sur les stands des marchés aux puces ont généralement un esthétisme vintage sans pour autant avoir de valeur. Les boutons plus rares en or, de type Camée, d’avant le XVIIIe siècle, provenant d’un vêtement historique ou signés sont la propriété des antiquaires et, du fait de leur prix onéreux, se destinent à une clientèle de collectionneurs.

iStock.com / Jill_InspiredByDesign

Les capsules de champagne

La placomusophilie consiste à collectionner des « plaques de muselets » autrement appelées dans le langage courant « capsules de champagne ». Ces plaques métalliques rondes que l’on retrouve au sommet des bouchons de champagnes, mousseux, crémants et autres boissons effervescentes sont bien présentes dans les commerces d’occasion mais demeurent recherchées avant tout par des collectionneurs. Brevetées en 1844, elles deviennent au fil du temps le support publicitaire de marques, ce qui lui donne de la valeur. La valeur provient également de son époque mais surtout de son l’histoire. En effet, si la bouteille contenant la capsule a été bue lors d’un événement historique ou par une personnalité, elle ne pourra qu’en être plus rare. Par exemple, la capsule du millésime de 1923 de la maison Pol Roger est considérée comme étant la plus rare et la plus onéreuse (3 500€) car Winston Churchill aurait possédé l’ensemble de ce Grand Cru. Pour trouver ce petit objet, aucun commerce d’occasion n’est plus avantageux qu’un autre. Il peut s’agir d’une pièce familiale sur les vide-greniers comme d’une pièce antique présente chez un antiquaire.

iStock.com / EasyBuy4u

Les soldats de plomb

Le petit soldat est une figurine militaire qui a vu le jour à la fin du XVIIIe siècle, essentiellement en Allemagne et en France. Les premières  fabrications ont été faites en étain, une matière très fragile à mouler qui rendait le soldat bien trop friable. Ce n’est qu’au XIXe siècle que les fabricants ont utilisé un alliage de plomb, d’antimoine et de bismuth qui permettait une rigidité suffisante pour une manipulation répétée. Toutefois, ce plomb plein était d’un coût conséquent et ce n’est qu’en 1893 que William Britain trouva une technique pour faire de petits soldats en plomb creux. Ils se sont alors extrêmement popularisés et étaient présents dans les mains de tous les enfants. Petit à petit, le plomb a laissé place au plastique et les anciens modèles se sont mis à envahir les commerces d’occasion. Sur les brocantes et marchés aux puces, vous trouverez ses figurines à des prix très différents. Pour les collectionneurs de petits soldats, le but est de reconstituer des armées précises ou du moins un évènement marquant (Guerre de Sécession, Seconde Guerre mondiale…).

iStock.com / ilbusca

Les pin’s

Le Pin’s, appelé aussi épinglette, est un petit insigne souvent métallique que l’on accroche à un vêtement à l’aide d’un pic qui traverse le tissu. Son origine provient de la Société de Production des Avions Déperdussin (SPAD) qui donnait aux aviateurs une épinglette représentative de l’avion sur lequel ils avaient été formés. À partir de 1956, le Pin’s est devenu un objet publicitaire utilisé par des marques, pour des événements sportifs ou encore politiques. Certains ont donc véritablement une valeur historique. Les collectionneurs connus sous le nom de philopinistes ou philopins sont donc à la recherche de Pin’s reprenant des événements marquants de l’Histoire ou des marques historiques. Les collections se font généralement de manière thématique ou par époque. Les Pin’s se trouvent essentiellement sur les marchés aux puces et les brocantes. Ils sont exposés accrochés sur des planches et conservés sous une vitre pour les plus précieux. Cet objet tout petit peut atteindre des sommes exorbitantes.

iStock.com / aapsky

Les billes

Jouer aux billes est extrêmement répandu dans les cours de récréation. Pour impressionner vos amis avec des billes d’exception, rendez-vous sur les vide-greniers, le brocantes ou encore les marchés aux puces. L’ancêtre de cette petite boule ronde de verre date du IIIe millénaire. En effet, des billes d’argile ont été découvertes dans des tombes égyptiennes de cette époque. Toutefois, la bille comme on la connaît aurait été fabriquée seulement au XIVe siècle, par des artisans verriers vénitiens. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle qu’elles se seraient développées en tant que jeu. En pierre, en agate, en marbre… la fabrication des billes peut se faire dans des matériaux divers mais le verre demeure le plus exploité. Les billes à jouer son des sphères de verre pleines de tailles et de modèles différents. Certains modèles sont plus prisés comme la pépite, l’œil de chat, la galaxie, la tornade et d’autres ont un gabarit impressionnant comme le calot ou le boulard. Si vous souhaitez collectionner cet objet pour sa beauté et sa valeur, moins la bille sera lisse et ronde, plus vous aurez la chance qu’elle soit ancienne et rare.

Istock.com / dalton00