En 2017, la fête des mères sera vintage

Mothers day composition. Hands of unrecognizable man holding a photo album, black-and-white picture. Studio shot on wooden background.

Fête des mères/iStock.com/Halfpoint

Chaque année, la sempiternelle question se pose à nouveau : qu’allez-vous offrir à votre petite maman pour sa fête ? Un bouquet de fleurs ? Trop classique. Un bon pour une journée au spa ? Trop cher. Une boîte de chocolats ? Trop mièvre. Et si  la réponse se trouvait en brocante et en vide-grenier ? Voici quelques idées pour célébrer votre maman de la plus vintage des façons.

Les cadeaux plaisir

Ce qu’il y a de pratique avec la mode, c’est qu’elle est cyclique. C’est pourquoi vous avez toutes les chances de trouver en brocante des accessoires de mode totalement  « in» ou à défaut, vintage. La différence entre les deux concepts ? La rudesse de la bataille pour obtenir l’objet de vos désirs. Pour arracher le it bag des mains d’une adolescente en furie il vous faudra jouer des coudes, là où la négociation pour une broche vintage avec un bobo flâneur sera moins âpre (mais non moins ardue).

Sac à main et pochette en cuir

Vous l’avez compris, sac trapèze, sac à main façon Kelly ou bien encore pochette de gala en cuir ne sont pas des articles inconnus des brocantes. Pour être sûr de faire un achat judicieux, vérifiez l’état du cuir au niveau des surpiqures. Assurez-vous également que le fermoir fonctionne bien et, si possible, faites-vous remettre un certificat d’authenticité s’il s’agit d’une marque. Préférez aux brocantes les vide-dressings afin de n’avoir à chiner que des articles vestimentaires ou des accessoires. Cela facilitera votre recherche et vous garantira des articles mieux triés et potentiellement, de meilleure qualité. Les prix sont relatifs à la matière et à la marque. Pour le coton et le similicuir comptez débourser jusqu’à 10 € (maximum). Pour des articles en cuir le prix augmente drastiquement et peut dépasser plusieurs centaines d’euros pour un exemplaire griffé.

Bijoux et accessoires

Tout d’abord nous commencerons par ce conseil : méfiez-vous des contrefaçons ! Et du neuf ! Bien évidemment vous seriez très chanceux de tomber sur des bijoux anciens signés de grands couturiers : ces derniers sont rares et (très) chers. Néanmoins, vous pouvez trouver de « vrais bijoux en toc » fabriqués en série à partir des années 30 avec des matériaux simples et de bonne qualité tels que le fer, l’étain, la bakélite, et ornés de strass ou de pâte de verre. Moins onéreux que les bijoux en toc d’aujourd’hui (comptez 50 € la bague), ces « vrais-faux » d’époque possèdent une qualité de fabrication irréprochable et suivent les modes des différentes décennies de 1930 à 1970.  Car à l’inverse de leurs prestigieux cousins griffés Cartier ou Boucheron faits pour durer plusieurs vies, les « vrais-faux » ont été conçus pour s’adapter aux époques et aux tendances. Qu’on se le dise : maman n’a jamais été aussi chic en bijoux fantaisie.

Par ailleurs, si votre génitrice est un tantinet plus retro, pensez aux camées que l’on trouve souvent en pendentifs ou en broches. Pour ce matériau les prix sont très variables mais sensiblement plus chers que pour les « vrais-faux » bijoux en toc.

Les cadeaux clin d’œil

La fête des mères fleure bon les délices d’antan, préparés avec amour pour votre retour de l’école. Et si votre maman a un peu d’humour, vous pouvez lui trouver en brocante quelques trésors-clin d’œil afin qu’elle continue de vous gâter à l’ancienne (mais soyons réaliste, vous savez-bien que ce sont les petits-enfants qui en profiteront le plus).

Le moule à gaufres

Si le capitaine Haddock n’était pas là pour invectiver le monde et nous rappeler son existence, voici un objet que l’on pourrait avoir totalement oublié. Et pourtant, il est aussi décoratif que pratique. Généralement fabriqués en fonte ou en fer forgé, les fers à gaufres anciens sont en forme de pince. Deux fines branches forment une poignée et se terminent par deux  palettes planes de dimensions égales. L’intérieur de ces plaques est généralement sculpté de motifs ou de gravures en creux, aussi riches que diverses. De quoi rappeler l’immense talent de graveurs-ciseleurs des artisans d’époque. Ces moules recueillent la pâte qu’il convient ensuite de faire chauffer au-dessus d’une flamme vive pour une texture craquante et une saveur unique.

La sorbetière d’époque

Vous vous souvenez avec émotion des délicieuses crèmes glacées maison de votre enfance ? Pas question de priver Junior de l’expérience, c’est pourquoi il vous faut courir en brocante pour trouver LA vraie sorbetière ARPI des années 70 avec ses deux pales et sa cuve en inox. L’autre marque d’époque est la Pontiac, qui a tout d’une grande. À consommer sans absolument aucune modération.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.