Comment dénicher des bijoux vintage en brocante ?

iStock.com/ChiccoDodiFC

iStock.com/ChiccoDodiFC

La chine vestimentaire a pris une véritable ampleur et devient un indispensable de la mode, il en est de même pour tous les accessoires qui vous permettront de finaliser votre tenue contemporaine/rétro. L’accessoire qu’est le bijou est l’une des dépenses les plus conséquentes à prévoir. Du bijou fantaisie au bijou précieux, la brocante vous donne l’occasion de dénicher des perles rares !

Les bijoux : un incontournable de la brocante

Si les joailleries et les bijouteries proposent des bijoux neufs et onéreux, à la qualité assurée par la richesse de leur matière, les antiquaires, les brocantes ou encore les vide-greniers sont l’occasion de trouver des bijoux d’exception ou fantaisistes à des prix plus avantageux. Bracelets, colliers, bagues, boucles d’oreilles, broches chinés sont des accessoires de parure qui permettent une touche vintage chic. À la recherche de bijoux anciens de grande valeur, dirigez-vous vers des antiquaires spécialisées qui vous fourniront un certificat d’authenticité, garant de la valeur de votre pièce. Il est aussi possible de tomber sur des pièces d’une certaine richesse en brocante mais attention à la contrefaçon et à l’imitation des pierres, de l’or et de l’argent. La brocante et surtout les vides-greniers sont essentiellement des lieux de chine à fréquenter pour des bijoux plus simples, sans matières précieuses ou qui ont perdu de leur valeur, mais apportent une touche rétro à votre style.

Savoir chiner avec précaution un bijou de valeur

Bien que le bijou puisse être moins cher lorsque l’on décide de le chiner, un bijou comportant des matières précieuses peut tout de même avoir un coût non négligeable et doit s’acheter avec précautions pour éviter toute arnaque. Voici quelques astuces pour tenter de détecter le vrai du faux bijou :

  • Or jaune/or blanc/ or rose : si la pièce est supposée être en or, elle doit être munie d’un poinçon indiquant le nombre de carats (14K, 18K, 22K…). Les poinçons de titre et de maître (initiale du joaillier, tête de cheval ou d’aigle…) sont frappés et non moulés et se trouvent à l’extérieur de l’anneau pour une bague, sur le fermoir ou aux deux extrémités pour un bracelet ou une chaîne. De plus, l’or est un métal qui ne s’oxyde pas au contact de la peau : si le bijou comporte une décoloration par endroit, il ne peut pas s’agir d’or véritable. L’or est considéré comme mou, une technique simple est de mordre légèrement la pièce et – si une petite trace de morsure reste – vous êtes en présence d’or.
  • Pierres précieuses : il est souvent nécessaire de s’équiper d’une loupe à grossissement pour observer la pierre qui doit avoir des inclusions : chevrons, gouttelettes… Une pierre courbée et parfaitement lisse est par exemple généralement fausse, les pierres précieuses ne sont pas parfaites et ont de petits défauts. Pour le diamant, étant la pièce la plus coûteuse, il est possible de deviner sa véracité par son reflet et sa dureté. Si vous placez le diamant sur une marque, le reflet à l’intérieur doit se disloquer au point de devenir presque imperceptible ; du fait de sa dureté, il est extrêmement angulaire et aucun de ses angles ne peut être éclaté. Il doit aussi pouvoir laisser une trace sur du verre.
  • Argent /plaqué or : ces deux matières ont toutes deux des poinçons, souvent aux creux du bijou, qui sont de forme carrée. De même que l’or, les bijoux en plaqué sont peu oxydables et ne doivent pas changer de couleur, seul l’argent peut noircir mais, comme bien d’autres objets, il peut être nettoyé. Pour en être certain, approchez un aimant du bijou, qui ne doit pas réagir à son contact.

Attention tout de même, les contrefaçons peuvent  être bien entreprises, les poinçons peuvent être imités !

Dénicher et redonner vie aux bijoux d’antan

Si la qualité n’est pas votre priorité, les brocantes et les vide-greniers sont aussi des moyens pour trouver des bijoux plus accessibles, de moindre valeur, pour accessoiriser une tenue moderne avec un semblant d’ancien. Le toc est le plus souvent trouvé dans les vide-greniers mais garde du charme s’il est resté dans son jus. Si les bijoux ne sont pas les plus faciles à trouver ou restreints dans leur choix, la brocante permet tout de même des remises au goût du jour, des assemblages, des créations personnelles en partant de pièces anciennes. Le chapelet est l’un des bijoux les plus connus de la brocante, il est devenu non plus un objet de prière mais un collier porté de tous ou retravaillé en bracelet. La broche de grand-mère dénichée dans une brocante de Haute Garonne, peu coûteuse puisque oubliée, vient habiller vos blazers. La montre à gousset ne donne plus l’heure mais se porte en collier. Les bagues dont on ne peut choisir la dimension viennent se placer autour d’une chaîne. La qualité et la fonctionnalité ne sont plus recherchées, simplement le style.