Brocantes et vide-greniers : ne jetez rien, ne vendez plus, échangez !

iStock.com / Anetlanda

iStock.com / Anetlanda

Si pour les amoureux de l’ancien et du vintage, les brocantes, vide-greniers, puces ou autres antiquaires sont une source d’approvisionnement peu onéreuse, le troc revient dans les mœurs et permet de chiner sans échange d’argent. Les particuliers pourront faire des économies et les chineurs et chineuses renfloueront leur collection en troquant des biens équivalents dont ils n’ont plus nécessité. 

Qu’est-ce que le troc ?

Le troc tire son nom des « trochus », appelés aussi « troques » ou « trocas », d’anciennes coquilles de mollusques contenant de la nacre qui servaient de monnaie d’échange. À la différence du système économique monétaire actuel, le troc était un procédé ancien, le seul existant pour les Égyptiens de l’Antiquité ou pour les peuples amérindiens par exemple, fondé sur un échange direct de biens et de services (pratique moderne) de valeur équivalente. Les statuts d’acheteurs et vendeurs n’existaient pas, il s’agissait d’un simple échange donnant-donnant.

De nos jours, le troc reparaît, non plus comme une économie, mais davantage comme une tendance de récup’ moderne et écologique ! Il n’est pas question de revenir à une ancienne pratique de commerce, seulement de pouvoir se débarrasser d’objets recherchés par d’autres personnes, voire même collectionnés, en contrepartie d’objets dont on a besoin.

Échanger des services est une conception moderne du troc. Une réparation contre du babysitting, du déménagement contre du ménage, des courses contre de la garde d’animaux, une multitude de possibilités sont envisageables pour que chacun puisse valoriser ses talents.

Le troc comme autre moyen de chine

Si les vides-greniers et les brocantes sont des lieux de rencontre permettant de trouver des objets à moindre coût, le troc en est le prolongement et vous donne aussi l’occasion de faire des économies. Dans la même optique que la chine à échange monétaire, des regroupements d’échange sont programmés dans vos villes et le département du Rhône. Dans une initiative généralement associative ou de particuliers, des bourses d’échange, des Troc Party ou encore des trocs spécialisés (Swap cadeau, trocs aux de plantes, trocs aux vêtements…) donnent la possibilité de TOUT échanger SAUF de l’argent. Vêtements, objets ménagers, jouets, objets de collection passent donc d’une main à l’autre pour le plaisir du renouveau et de votre portefeuille.

Que ce soit des biens anciens ou modernes, il y en a pour tous les goûts et de toute sorte. À la fois des particuliers cherchant à recycler de vieux objets pour des plus neufs ou plus utiles, mais aussi des collectionneurs ou des brocanteurs pouvant tirer bénéfice du troc pour l’échange de produits de collection. Pourquoi ne pas échanger entre vous vos timbres, vos objets publicitaires, vos BD, vos figurines pour arriver à la collection parfaite ?

Le troc se développe à l’heure du digital

Le troc fut considéré pendant longtemps comme un système économique primitif, il est actuellement remis au goût du jour et intégré dans notre quotidien par l’intermédiaire de réseaux d’échanges. Si les regroupements collectifs restent une possibilité en développement pour le troc, les plateformes d’échange deviennent l’une des solutions les plus empruntées par les particuliers. Pour tous ceux qui ont envie de consommer autrement, munissez-vous d’une connexion internet pour prêter ou échanger en ligne des biens et des services !

Sur le Web, la plateforme numérique Mytroc.fr est un bon exemple : ce site vous propose plusieurs façons différentes de procéder à l’échange : un « troc classique » où vos objets et services sont échangés contre d’autres, ou encore un « troc avec noisettes » où la noisette, une monnaie collaborative cumulable, vient compenser les différences de valeur entre produits ou services. Par la suite, ces noisettes peuvent être utilisées pour compléter la valeur d’un autre troc, voire pour régler une transaction uniquement en noisettes. Mytroc vous propose ainsi de faire un geste contre la surconsommation dominante, de faire des économies mais surtout de créer une solidarité et un partage entre tous.