Apprendre à négocier en vue d’une brocante

iStock.com – Steve Debenport

Vous allez bientôt participer à une brocante et vous cherchez des conseils pour bien savoir marchander ? On a quelques astuces pour vous. Promis, vous repartirez avec cet objet qui vous fait de l’œil et que vous convoitez tant !

1) Avoir une exigence élevée

Toute négociation commence avec ambition. La négociation est un art et se fait au long d’une discussion, donc soyez audacieux. Affichez d’emblée une exigence élevée, qui n’est pas le prix que vous visez réellement. Ainsi, si une veste est vendue à 30 euros et que vous voulez l’obtenir à 20 euros, proposez 15 euros voire en-dessous. Le brocanteur vous fera naturellement une proposition plus élevée mais toujours moins chère que celle de départ. Définissez également le plafond que vous ne voulez pas dépasser, par exemple, pas plus de 23 euros pour ladite veste.

2) Argumenter

Maintenant que vous êtes engagés dans la négociation, bâtissez-vous un argumentaire solide et surtout, maintenez vos positions. Vous pouvez, par exemple, trouver des arguments appuyant votre proposition de prix. Regardez si l’objet que vous voulez n’a pas de défaut, comme une couture mal faite par exemple, et servez-vous de ces petits détails pour renforcer vos arguments et défendre votre position initiale. Ainsi, vous maintenez votre crédibilité en ne cédant pas à la première occasion, ce qui donnera l’impression au vendeur que vous êtes dur en affaires. Résistez et ne faites pas trop de concessions !

3) Adopter une attitude désintéressée

Ne montrez pas trop d’enthousiasme, même à la vue de la perle rare que vous cherchez depuis des mois. Cela jouera en votre défaveur durant l’étape de marchandage. Soyez intéressé mais pas trop, en montrant que vous pourrez aussi trouver votre bonheur ailleurs. Vous pouvez faire mine de quitter le stand, en prétextant que le prix demandé est trop cher pour vous, pour que le brocanteur lâche plus de lest et vous fasse revenir. Si la négociation commence à durer, signalez au vendeur votre dernier prix et voyez comment il réagit.

4) Demander une contrepartie

Si vous êtes prêt à accepter un prix qui n’était pas le vôtre au départ, n’hésitez pas à demander une contrepartie, comme par exemple proposer des lots. Par exemple, si vous vous mettez d’accord pour la veste à 25 euros, insistez sur le fait que vous étiez prêt à mettre 15 euros, et que vous espérez en contrepartie un geste commercial. Demandez si, avec la veste, vous ne pourriez pas avoir un autre objet sur le stand. Montrez que cela doit être gagnant-gagnant, et que si le prix du brocanteur l’emporte, il faut que vous soyez pleinement satisfait aussi. Ainsi, acceptez les 15 euros si vous prenez de tels objets avec.

5) Envoyer quelqu’un négocier après vous

Une fois que vous avez tenté de négocier mais que ça n’a pas été concluant, vous pouvez toujours envoyer quelqu’un de votre entourage négocier après vous, mais dans une fourchette de prix encore plus basse. Le vendeur remettra peut-être en question le prix qu’il affiche. Si, à nouveau, la négociation n’aboutit pas, revenez vous-même sur le stand un moment après et prétextez avoir trouvé un objet similaire sur un autre stand à un prix intéressant. Le brocanteur sera peut-être convaincu par ces négociations à répétition.

6) Trouver des prétextes

Le dernier recours pour faire baisser un prix résulte dans l’étape du paiement. Vous pouvez, en effet, négocier un prix en avançant que vous n’avez pas plus que 10 euros par exemple. Cela peut être suffisant pour que le vendeur accepte, finalement, votre prix s’il souhaite vraiment se débarrasser de l’objet que vous convoitez.

7) Revenir en fin de journée

Si vous avez tout tenté dans la journée mais que votre prix n’a jamais été accepté par le brocanteur, essayez une nouvelle proposition en fin de journée. L’objet n’étant pas parti, vous serez potentiellement le dernier intéressé, ce qui peut peser en votre faveur !